Paroxetine (Dosage)

La paroxétine est un médicament de la famille des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine. Il est utilisé dans le traitement de la dépression, du trouble obsessionnel-compulsif, du trouble panique, du trouble anxieux, entre autres. La variabilité de la réponse à la paroxétine inclut des facteurs physiques, psychosociaux mais aussi génétiques, comme la présence de certaines variantes du gène CYP2D6, le principal cytochrome impliqué dans sa métabolisation.

La paroxétine est un antidépresseur du groupe des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) dont le profil est similaire à celui de la fluoxétine. Elle inhibe spécifiquement le recaptage de la 5-hydroxytryptamine par les neurones du cerveau.

CONTRE-INDICATIONS

Hypersensibilité à la paroxétine

En association avec les IMAO (antidépresseurs inhibiteurs de la monoamino oxydase), commencer le traitement 2 semaines après l'interruption de l'IMAO irréversible, ou 24 h après l'interruption de l'IMAO réversible et laisser au moins une semaine entre l'interruption de la paroxétine et l'initiation de l'IMAO ; association avec la thioridazine ou le pimozide.

CAUTIONS

Des précautions doivent être prises chez les patients ayant des antécédents de manie, d'insuffisance rénale sévère, d'insuffisance hépatique, de diabète (en cas d'administration concomitante de paroxétine et de pravastatine, il est obligatoire d'effectuer un ajustement de la dose d'hypoglycémiants oraux et/ou d'insuline), d'épilepsie, de crises d'épilepsie, de glaucome à angle fermé ou d'antécédents, de maladies cardiaques, de situations provoquant une hyponatrémie, d'antécédents de troubles hémorragiques ou de conditions prédisposant aux hémorragies.

Précautions dans la prescription aux patients âgés.

Attention à l'utilisation concomitante avec les anticoagulants oraux, les médicaments qui affectent la fonction plaquettaire et augmentent le risque de saignement. En cas d'association avec des sérotoninergiques et/ou des neuroleptiques, risque de SMN (syndrome malin des neuroleptiques).

Les enfants et les adolescents ne doivent pas être utilisés ; s'il est nécessaire de prescrire de la paroxétine, faites attention car elle augmente le risque de comportement suicidaire et d'hostilité. Il n'existe pas d'études cliniques chez les enfants de moins de 7 ans. Il convient d'être prudent dans les doses prescrites car des somnolences/agitations psychotropes peuvent apparaître dans les premières semaines, il est recommandé d'évaluer les risques/bénéfices.

Il existe un risque de suicide, il est donc obligatoire de surveiller étroitement le patient jusqu'à ce qu'une amélioration de son humeur soit détectée. Des précautions encore plus extrêmes chez les patients ayant des antécédents de comportement ou de pensées suicidaires, ou ceux qui présentent un degré significatif d'idées suicidaires avant le début du traitement. L'interruption brutale du traitement peut provoquer des symptômes de sevrage, elle doit se faire progressivement sur plusieurs semaines ou mois.

EFFETS SECONDAIRES

Augmentation du taux de cholestérol, diminution de l'appétit, somnolence, insomnie, agitation, agressivité, rêves anormaux, diminution de la concentration, étourdissements, tremblements, céphalées, troubles de la concentration, vision trouble, bâillements ; nausées, constipation, diarrhée, vomissements, sécheresse de la bouche ; transpiration, dysfonctionnement sexuel ; asthénie, prise de poids.

Des essais cliniques à court terme chez des enfants et des adolescents ont montré une augmentation des comportements suicidaires, des comportements d'automutilation et une hostilité accrue.

INTERACTIONS PHARMACOLOGIQUES :

La paroxétine potentialise sa toxicité (syndrome sérotoninergique) si elle est administrée en même temps que : Antidépresseurs IMAO, L-tryptophane, triptans, tramadol, linézolide, chlorure de méthylthionine, antidépresseurs ISRS, lithium, péthidine, Hypericum perforatum.

Les taux plasmatiques de paroxétine sont diminués par le fosamprénavir/ritonavir.

La paroxétine augmente les taux plasmatiques de : procyclidine, clomipramine, nortriptyline, désipramine, perphénazine, thioridazine, rispéridone, atomoxétine, propafénone, flécaïnide, métoprolol.

La paroxétine peut augmenter le risque de saignement si elle est administrée avec : des anticoagulants oraux, des AINS/ASA et d'autres agents antiplaquettaires.

La paroxétine réduit l'efficacité du tamoxifène. L'administration de paroxétine doit être évitée, dans la mesure du possible, pendant le traitement de prévention du cancer du sein par le tamoxifène.

Attention si vous prenez de la paroxétine avec : du fentanyl en anesthésie générale ou dans le traitement de la douleur chronique.

L'administration conjointe de paroxétine et de pravastatine peut entraîner une augmentation de la glycémie.

Évitez de consommer de l'alcool pendant le traitement par la paroxétine.

NOMS DE MARQUE

  • Arapaxel ®
  • Casbol ®
  • Daparox ®
  • Frosinor ®
  • Motivan ®
  • Seroxat ®
  • Xetin ®

Gènes analysés

CYP2D6

Bibliographie

Hicks J, Bishop J, Sangkuhl K, Müller D, Ji Y, Leckband S, et al. Clinical Pharmacogenetics Implementation Consortium (CPIC) Guideline for CYP2D6 and CYP2C19 Genotypes and Dosing of Selective Serotonin Reuptake Inhibitors. Clin Pharmacol Ther, 2015; 98(2):127–34.

Alessandrini M, Chaudhry M, Dodgen TM, Pepper MS. Pharmacogenomics and Global Precision Medicine in the Context of Adverse Drug Reactions: Top 10 Opportunities and Challenges for the Next Decade. OMICS, 2016; 20(10):593–603.

Brückl TM, Uhr M. ABCB1 genotyping in the treatment of depression. Pharmacogenomics, 2016; 17(18):2039–69.

Vous n'avez toujours pas fait de test ADN ?

Faites votre test génétique et découvrez tout savoir sur vous.

starter
Test ADN Starter

Origines, Traits et Wellness

Acheter
starter
Test ADN Advanced

Santé, Origines, Traits et Wellness

Acheter
Le test ADN que vous recherchiez
Acheter