Acide valproïque (Effets indésirables)

L'acide valproïque est un médicament antiépileptique et stabilisateur de l'humeur utilisé pour le traitement de l'épilepsie et des troubles bipolaires. Les polymorphismes du gène POLG ont été associés à une augmentation des réactions toxiques hépatiques.

L'acide valproïque (VPA), également appelé valproate de sodium, valproate de magnésium ou simplement valproate, est un médicament antiépileptique et un stabilisateur de l'humeur utilisé dans le traitement de maladies telles que épilepsie ou trouble bipolaire. Le VPA augmente les niveaux cérébraux de GABA, diminue les niveaux d'acides aminés excitateurs et modifie la conductance du potassium.

Si vous souhaitez connaître toutes les substances que nous analysons dans notre test ADN, veuillez consulter la section sur la compatibilité pharmacologique ou la pharmacogénétique.

CONTRE-INDICATIONS

Hypersensibilité au valproate de sodium.

Le VPA est contre-indiqué en cas d'hépatite aiguë, d'hépatite chronique, d'antécédents personnels ou familiaux d'hépatite sévère, de porphyrie hépatique, de maladie hépatique antérieure ou actuelle et/ou de foie grave ou un dysfonctionnement du pancréas, des troubles du métabolisme des acides aminés à chaîne ramifiée ou du cycle de l'urée, des troubles mitochondriaux connus induits par des mutations dans le gène nucléaire codant pour l'enzyme mitochondriale gamma polymérase, tels que le syndrome d'Alpers-Huttenlocher. Le VPA est également contre-indiqué chez les enfants de moins de 2 ans suspectés d'avoir un trouble lié à la gamma-polymérase.

ATTENTION :

Des précautions doivent être prises chez les patients insuffisants rénaux. Précautions extrêmes chez les patients atteints de lupus érythémateux disséminé et valeur bénéfice-risque. Des précautions à prendre chez les patients présentant une insuffisance hépatique sévère, un risque maximal chez les nourrissons et les enfants de moins de 3 ans présentant une lésion cérébrale, un retard psychique ou une maladie génétique métabolique ou dégénérative a été signalée : avant d'initier le traitement, la fonction hépatique doit être surveillée et surveillée périodiquement pendant la 6 premiers mois de traitement.

Chez les enfants de moins de 3 ans, la monothérapie est recommandée et l'utilisation concomitante de salicylés doit être évitée en raison du risque de toxicité hépatique. Suspendre en cas de pancréatite. Effectuer des tests hématologiques avant de commencer le traitement, une intervention chirurgicale et en cas d'ecchymoses ou d'hémorragies spontanées.

Ne pas ingérer d'alcool. En cas de suspicion d'un déficit enzymatique du cycle de l'urée, effectuer des tests métaboliques.

Prise de poids possible en début de traitement. Les changements de traitement ou l'arrêt doivent être effectués progressivement.

Ne pas administrer aux filles, aux adolescentes, aux femmes en âge de procréer et aux femmes enceintes sauf si les traitements alternatifs ne sont pas efficaces ou ne sont pas tolérés, le potentiel tératogène et le risque de développer des troubles du développement chez les enfants dans l'utérus sont élevés. Les femmes en âge de procréer doivent utiliser une méthode contraceptive efficace et doivent être expliquées les risques en cas de grossesse. Si vous tombez enceinte, une évaluation des bénéfices et des risques de la poursuite du traitement sera effectuée, en considérant d'autres alternatives thérapeutiques.

Surveiller l'apparition de signes d'idées et de comportements suicidaires

Chez les patients chez qui une maladie mitochondriale est suspectée ou présente (les signes cliniques de ces maladies mitochondriales sous-jacentes causées par des mutations de l'ADN mitochondrial ainsi que le gène nucléaire codant pour la gamma polymérase peuvent être déclenchée ou aggravée) test des mutations de la polymérase gamma selon la pratique clinique actuelle pour l'évaluation diagnostique de ces troubles

EFFETS SECONDAIRES

Anémie, thrombocytopénie, prise de poids, tremblements, troubles extrapyramidaux, stupeur, somnolence, convulsions, troubles de la mémoire, céphalées, nystagmus, étourdissements après injection, surdité, nausées, abdominaux douleur, diarrhée, hypersensibilité, alopécie (transitoire, liée à la dose), hyponatrémie, hémorragie, atteinte hépatique, dysménorrhée, confusion, agressivité, agitation et troubles de l'attention.

INTERACTIONS PHARMACOLOGIQUES :

Le VPA potentialise l'effet des neuroleptiques, des IMAO, des antidépresseurs et des benzodiazépines.

La prise de VPA augmente les concentrations plasmatiques de phénobarbital, de phénytoïne libre, de primidone, de carbamazépine, de lamotrigine, de zidovudine, de nimodipine et d'éthosuximide

Les concentrations sériques d'acide valproïque sont réduites par : la phénytoïne, le phénobarbital, la carbamazépine et les carbapénèmes.

Les concentrations sériques d'acide valproïque sont augmentées par : le felbamate, la cimétidine, la fluoxétine et l'érythromycine.

Le VPA diminue la clairance du felbamate. Il existe un risque de saignement s'il est prescrit avec des anticoagulants et de l'AAS.

Risque de convulsions avec la méfloquine.

Toxicité hépatique exacerbée par l'alcool.

Ajuster la dose si elle est prescrite en même temps que la rifampicine.

Risque d'encéphalopathie et/ou d'hyperammoniémie en cas de prise avec le topiramate.

Le VPA augmente l'exposition au propofol, il est donc recommandé de réduire les doses de propofol pendant le traitement par le valproïque.

La prise de VPA peut générer des faux positifs dans les tests d'excrétion des corps cétoniques.

NOMS DE MARQUE

  • Dépakine®
  • Ácido valpróico ®

Gènes analysés

POLG

Bibliographie

Nanau RM, Neuman MG. Adverse drug reactions induced by valproic acid. Clin Biochem, 2013; 46 (15): 1323-38.

Stewart JD, Horvath R, Baruffini E, et al. Polymerase ɣ Gene POLG Determines the Risk of Sodium Valproate-Induced Liver Toxicity. Hrepatology, 2010; 52(5):1791-6.

Uusimaa J, Hinttala R, Rantala H, Päivärinta M, Herva R, Röyttä M, et al. Homozygous W748S mutation in the POLG1 gene in patients with juvenile-onset Alpers syndrome and status epilepticus. Epilepsia, Blackwell Publishing Inc; 2008; 49(6):1038–45.

Saneto RP, Lee I-C, Koenig MK, Bao X, Weng S-W, Naviaux RK, et al. POLG DNA testing as an emerging standard of care before instituting valproic acid therapy for pediatric seizure disorders. Seizure, 2010; 19(3):140–6.

Sitarz KS, Elliott HR, Karaman BS, Relton C, Chinnery PF, Horvath R. Valproic acid triggers increased mitochondrial biogenesis in POLG-deficient fibroblasts. Mol Genet Metab, 2014; 112 (1): 57-63.

Vous n'avez toujours pas fait de test ADN ?

Faites votre test génétique et découvrez tout savoir sur vous.

starter
Test ADN Starter

Origines, Traits et Wellness

Acheter
starter
Test ADN Advanced

Santé, Origines, Traits et Wellness

Acheter
Le test ADN que vous recherchiez
Acheter