Atazanavir (Effets indésirables)

L'atazanavir est un médicament antirétroviral utilisé dans le traitement du VIH. Le médicament peut inhiber la fonction de la protéine UGT1A1, provoquant une jaunisse comme effet secondaire et entraînant l'arrêt du traitement.

L'atazanavir est un antiviral à action directe qui est souvent utilisé avec d'autres médicaments, tels que le ritonavir ou le cobicistat, pour traiter l'infection par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) chez les adultes et les enfants âgés d'au moins 3 mois et pesant au moins 10 kg. L'atazanavir appartient à une classe de médicaments appelés inhibiteurs de la protéase. L'atazanavir agit en réduisant la quantité de VIH dans le sang. Bien que l'atazanavir ne guérisse pas le VIH, il peut réduire le risque de développer un syndrome d'immunodéficience acquise (SIDA) et des maladies liées au VIH telles que des infections graves ou le cancer. La prise de ce médicament peut réduire le risque de transmettre le virus du VIH à d'autres personnes.

L'atazanavir est parfois utilisé pour prévenir l'infection chez les travailleurs de la santé ou d'autres personnes qui ont été accidentellement exposées au VIH.

Actuellement, en 2020, il est à l'étude pour le traitement du coronavirus SARS-CoV-2, mais les études d'efficacité ne sont toujours pas concluantes.

MÉCANISME D'ACTION

L'atazanavir agit en inhibant la protéase du VIH, empêchant la formation de virions matures dans les cellules déjà infectées et rendant ainsi difficile l'infection par d'autres cellules.

CONTRE-INDICATIONS

Hypersensibilité à l'atazanavir.

Contre-indiqué chez les patients souffrant d'insuffisance hépatique sévère. Prudence chez les patients présentant une insuffisance hépatique légère.

Contre-indiqué en association avec : simvastatine, lovastatine, rifampicine, sildénafil pour le traitement de l'hypertension artérielle pulmonaire, substrats du CYP3A4 à marge thérapeutique étroite (ex : quétiapine, alfuzosine, astémizole, terfénadine, cisapride, pimozide, quinidine, voie orale, bépridil et alcaloïdes de l'ergot, en particulier ergotamine, dihydroergotamine, ergonovine, méthylergonovine), millepertuis.

INTERACTIONS PHARMACOLOGIQUES

Surveiller les effets indésirables possibles si l'atazanavir est administré avec : le ténofovir, le disoproxil, l'irinotécan.

Attention avec : clarithromycine ; kétoconazole et itraconazole (déconseillé à des doses élevées supérieures à 200 mg/jour) ; carbamazépine, lamotrigine, phénytoïne et phénobarbital (surveiller et ajuster la dose); pravastatine et fluvastatine; midazolam par voie parentérale. Surveillez l'INR (ou le temps de Quick) si vous prenez de la warfarine.

L'azatanavir augmente la concentration de : l'amiodarone et la lidocaïne systémiques (attention et surveillance de la concentration); immunosuppresseurs (cyclosporine, tacrolimus, sirolimus); rifabutine, buprénorphine et norbuprénorphine (contrôler les effets cognitifs et la sédation, envisager de réduire la dose) ; diltiazem (réduire la dose initiale à 50 %) ; vérapamil.

EFFETS SECONDAIRES

Maux de tête, jaunisse oculaire, vomissements, diarrhée, douleurs abdominales, nausées, dyspepsie, jaunisse ; démangeaisons, fatigue; augmentation des taux de bilirubine totale, augmentation des taux d'enzymes hépatiques dans le plasma CK, ALT, AST et lipase.

Le nombre de neutrophiles diminue.

Dépression, fièvre, difficulté à s'endormir, éruptions cutanées, douleur ou engourdissement dans les mains ou les pieds, douleurs musculaires.

D'autres effets secondaires plus graves peuvent inclure : battements cardiaques irréguliers, troubles de la vision, douleur ou sensation de brûlure au moment d'uriner, sang dans les urines, gonflement des extrémités, érections durant plus de 4 heures, cloques ou desquamation de la peau, yeux rouges ou yeux enflammés, aphtes dans la bouche, gonflement du visage ou du cou, éruptions cutanées très sévères.

NOMS DE MARQUE

  • Reyataz®
  • Evotaz® (contenant Atazanavir, Cobicistat)

Gènes analysés

ABCB1 CYP3A4 CYP3A5 UGT1A1

Bibliographie

Gammal RS, Court MH, Haidar CE, Iwuchukwu OF, Gaur AH, Alvarellos M, et al. Clinical Pharmacogenetics Implementation Consortium (CPIC) Guideline for UGT1A1 and Atazanavir Prescribing. Clin Pharmacol Ther, 2016; 99(4):363–9

Vardhanabhuti S, Ribaudo HJ, Landovitz RJ, Ofotokun I, Lennox JL, Currier JS, et al. Screening for UGT1A1 Genotype in Study A5257 Would Have Markedly Reduced Premature Discontinuation of Atazanavir for Hyperbilirubinemia. Open forum Infect Dis, 2015;2(3):ofv08

Johnson DH, Venuto C, Ritchie MD, Morse GD, Daar ES, McLaren PJ, et al. Genomewide association study of atazanavir pharmacokinetics and hyperbilirubinemia in AIDS Clinical Trials Group protocol A5202. Pharmacogenet Genomics, 2014; 24(4):195–203

Rodríguez-Nóvoa S, Martín-Carbonero L, Barreiro P, González-Pardo G, Jiménez-Nácher I, González-Lahoz J, et al. Genetic factors influencing atazanavir plasma concentrations and the risk of severe hyperbilirubinemia. AIDS, 2007; 21(1):41–6

Rodríguez Nóvoa S, Barreiro P, Rendón A, Barrios A, Corral A, Jiménez-Nacher I, et al. Plasma levels of atazanavir and the risk of hyperbilirubinemia are predicted by the 3435C-->T polymorphism at the multidrug resistance gene 1. Clin Infect Dis, 2006; 42(2):291–5

Lankisch TO, Moebius U, Wehmeier M, Behrens G, Manns MP, Schmidt RE, et al. Gilbert’s disease and atazanavir: from phenotype to UDP-glucuronosyltransferase haplotype. Hepatology, 2006; 44(5):1324–32

Savic RM, Barrail-Tran A, Duval X, Nembot G, Panhard X, Descamps D, et al. Effect of adherence as measured by MEMS, ritonavir boosting, and CYP3A5 genotype on atazanavir pharmacokinetics in treatment-naive HIV-infected patients. Clin Pharmacol Ther, 2012; 92(5):575–83

Vous n'avez toujours pas fait de test ADN ?

Faites votre test génétique et découvrez tout savoir sur vous.

starter
Test ADN Starter

Origines, Traits et Wellness

Acheter
starter
Test ADN Advanced

Santé, Origines, Traits et Wellness

Acheter
Le test ADN que vous recherchiez
Acheter