Phénytoïne (posologie)

La phénytoïne est un médicament antiépileptique couramment utilisé qui inhibe l'activité cérébrale indésirable. Le CYP2C9 est l'une des principales enzymes impliquées dans son métabolisme et certains allèles de ce cytochrome peuvent influencer les concentrations plasmatiques du médicament.

La phénytoïne est un médicament antiépileptique qui inhibe la propagation de l'activité convulsive dans le cortex moteur cérébral : elle stabilise le seuil en favorisant la diffusion du sodium des neurones. Il est également utilisé comme anti-arythmique car il stabilise les cellules du myocarde.

La phénytoïne est contre-indiquée chez les patients présentant une hypersensibilité aux hydantoïnes, une bradycardie sinusale, un bloc sino-auriculaire, un bloc auriculo-ventriculaire de 2ème et 3ème degré et un syndrome d'Adams-Stokes.

PRÉCAUTIONS

Il faut être prudent avant de prescrire la phénytoïne chez les personnes âgées. Également chez les patients présentant une insuffisance hépatique, une hypotension ou une insuffisance cardiaque sévère.

La phénytoïne peut provoquer une ostéomalacie, une hyperglycémie, une hyperplasie, des hémorragies gingivales, une leucopénie et, utilisée avant l'accouchement, des hémorragies maternelles ou néonatales.

Pendant le traitement par la phénytoïne, évitez de consommer de l'alcool. Pendant le traitement, surveiller les taux sériques du médicament pour détecter tout risque de toxicité. Il existe également un risque de tolérance et de dépendance, d'idées et de comportements suicidaires, le traitement doit donc être interrompu progressivement.

En cas d'apparition de symptômes ou de signes du syndrome de Steve Johnson et de la nécrolyse épidermique chronique (éruption progressive avec cloques ou lésions muqueuses), arrêter le traitement.

Ne pas administrer par voie intramusculaire, car il existe un risque d'irritation des tissus et d'inflammation au niveau du site d'injection. Il convient d'être prudent quant au mode d'administration.

Surveiller les signes vitaux et l'électrocardiogramme pendant la perfusion de phénytoïne.

EFFETS SECONDAIRES

Nystagmus, ataxie, troubles de la parole, confusion mentale, vertiges, insomnie, nervosité passagère. Nausées, vomissements, constipation. Éruption morbilliforme ou écarlate. Thrombocytopénie, leucopénie, granulocytose, agranulocytose, pacitopénie. Hyperplasie gingivale.

En cas d'administration par voie intraveineuse, d'autres effets indésirables plus sévères peuvent également survenir, tels que : réactions cardiotoxiques sévères avec dépression de la conduction auriculaire et ventriculaire et fibrillation ventriculaire, périartérite noueuse ; irritation locale, inflammation, hypersensibilité, nécrose et escarre au site d'administration.

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES

Les taux sériques de phénytoïne sont augmentés par : le chloramphénicol, le dicoumarol, le disulfirame, le tolbutamide, l'isoniazide, la phénylbutazone, les salicylés, le chlordiazépoxide, les phénothiazines, le diazépam, les oestrogènes, l'éthosuximide, l'halothane, le méthylphénidate, les sulfamides, la trazodone, l'amiodarone, la fluoxétine et les succinimides.

Les taux sériques de phénytoïne peuvent être diminués par : la carbamazépine, la réserpine, le diazoxide, l'acide folique et le sucralfate.

Les taux sériques de phénytoïne peuvent être augmentés ou diminués par : le phénobarbital, l'acide valproïque et le valproate de sodium.

Il existe un risque de convulsions en cas de prescription concomitante avec des antidépresseurs tricycliques.

Une dépression cardiaque excessive peut survenir en cas de prise concomitante avec la lidocaïne.

La phénytoïne diminue l'efficacité de : corticostéroïdes, anticoagulants coumariniques, contraceptifs oraux, quinidine, vitamine D, digitoxine, rifampicine, doxycycline, oestrogènes, furosémide et théophylline.

La phénytoïne potentialise la dépression du système nerveux central (SNC) causée par l'alcool et d'autres dépresseurs du SNC.

NOMS COMMERCIAUX

  • Epanutin ®
  • Synergin ®

Gènes analysés

CYP2C9

Bibliographie

Dean L. Phenytoin Therapy and HLA-B*15:02 and CYP2C9 Genotypes. Medical Genetics Summaries, 2012. [cited 2018 Jan 3].

Caudle KE, Rettie AE, Whirl-Carrillo M, Smith LH, Mintzer S, Lee MTM, et al. Clinical pharmacogenetics implementation consortium guidelines for CYP2C9 and HLA-B genotypes and phenytoin dosing. Clin Pharmacol Ther, 2014; 96(5):542–8.

Karnes JH, Rettie AE, Somogyi AA, et al. Clinical Pharmacogenetics Implementation Consortium (CPIC) Guideline for CYP2C9 and HLA-B Genotypes and Phenytoin Dosing: 2020 Update. Clin Pharmacol Ther. 2021 Feb;109(2):302-309.

Vous n'avez toujours pas fait de test ADN ?

Faites votre test génétique et découvrez tout savoir sur vous.

starter
Test ADN Starter

Origines, Traits et Wellness

Acheter
starter
Test ADN Advanced

Santé, Origines, Traits et Wellness

Acheter
Le test ADN que vous recherchiez
Acheter