Calvitie masculine

La calvitie masculine liée aux gènes et aux hormones sexuelles mâles touche près de 80% des hommes de moins de 70 ans et peut influencer leur estime de soi. Récemment, cependant, il a également été suggéré qu'elle pouvait être liée à d'autres affections liées aux androgènes.

Ce type de calvitie est également connu sous le nom d'alopécie masculine, androgénétique ou androgénique. Les androgènes affectent plusieurs fonctions de la peau, telles que la croissance et la différenciation des glandes sébacées, la croissance des poils, la barrière épidermique et la cicatrisation, principalement par le biais d'une voie de signalisation à plusieurs étapes. Bien que la croissance des cheveux humains soit également influencée par les hormones thyroïdiennes et les glucocorticoïdes, les androgènes sont les régulateurs les plus importants car ils peuvent stimuler, laisser inchangée ou inhiber la croissance des cheveux en fonction du site corporel. Les androgènes peuvent augmenter la taille des follicules pileux dans les zones androgéno-dépendantes (barbe, poils axillaires et pubiens) mais, en revanche, dans les follicules du cuir chevelu des hommes sensibles, ils suppriment la croissance des cheveux et favorisent leur miniaturisation et leur raccourcissement. Les follicules étant exposés aux mêmes hormones circulantes, cette réponse différentielle serait le résultat de variations dans l'expression des gènes androgènes dans différentes zones du corps, généralement régulées à différents niveaux de médiateurs selon la partie du corps où pousse le poil.

Chaque mèche de cheveux se trouve dans une cavité correspondante dans la peau, appelée follicule. En général, dans le processus de la calvitie, le follicule pileux se rétrécit au fil du temps, produisant des cheveux plus courts et plus fins, jusqu'à ce qu'il ne parvienne plus à former un nouveau cheveu. Cependant, le follicule reste viable, ce qui indique qu'il est possible que les cheveux repoussent. Une zone circulaire apparaît généralement à l'arrière de la tête, appelée couronne de la tête, qui s'amincit et augmente de taille au fil du temps. Au fil du temps, les cheveux deviennent plus fins et plus courts et créent un motif de cheveux en forme de fer à cheval sur les côtés de la tête et une zone chauve à l'arrière de la tête.

En outre, par le biais du même lien androgène, l'alopécie masculine semble avoir été liée au risque de cancer de la prostate et son apparition précoce a été postulée comme un facteur prédictif important de l'apparition précoce de maladies coronariennes graves et du syndrome métabolique.

La calvitie masculine (MPB) ou alopécie androgénétique est liée au vieillissement et à certaines maladies telles que le cancer de la prostate ou les maladies cardiométaboliques. Parmi les études d'association pangénomique, on peut citer une étude réalisée sur 200 000 sujets masculins, dans laquelle 358 loci associés ont été identifiés, ce qui nous permet de connaître le grand nombre de gènes impliqués dans la manifestation de cette affection. Parmi les 358 loci analysés, 19 se trouvent sur le chromosome X, des marqueurs dont on a estimé qu'ils représentent jusqu'à 11 % de l'héritabilité de ce caractère.

Nombre de variants observés

13,5 millions de variants

Nombre de loci analysés dans l'étude

358 loci

Bibliographie

Lolli F et al. Endocrine. 2017 Jul;57(1):9-17.

A.D.A.M. HealthCare. Male pattern baldness [May 2022]

Male baldness. Australian Journal for General Practitioners 2016; 45 (4):186-188.

Yap CX et al. Dissection of genetic variation and evidence for pleiotropy in male pattern baldness. Nature Communications, 20 Dec 2018, 9(1):5407.

Le test ADN que vous recherchiez