Taux métabolique de base

Même lorsque vous êtes au repos complet, votre corps travaille toujours pour maintenir ces fonctions vitales nécessaires. Le métabolisme de base est la quantité minimale d'énergie dont votre corps a besoin pour survivre en assurant ces fonctions de base, comme respirer, cligner des yeux, filtrer le sang, réguler la température ou synthétiser des hormones.

Le métabolisme de base (BMR) est la quantité d'énergie, par unité de temps, au repos, dont une personne a besoin pour maintenir ses fonctions corporelles. Certains des processus métaboliques qu'il régule sont la respiration, la circulation sanguine, la régulation de la température corporelle, la croissance cellulaire, la fonction nerveuse et la contraction musculaire.

Ce métabolisme de base représente environ 70 % de la dépense calorique quotidienne d'un individu. Il est influencé par plusieurs facteurs tels que l'indice de masse corporelle maigre (poids du corps sans tenir compte de la masse grasse), la présence de maladies aiguës et d'autres affections telles que brûlures, fractures, infections, fièvre, etc. Chez les femmes en âge de procréer, le BMR varie au cours du cycle menstruel, principalement en raison des effets de la progestérone. En outre, le régime alimentaire et l'exercice physique peuvent également avoir un impact sur le BMR. Il a été démontré qu'une diminution de l'apport alimentaire peut réduire le taux métabolique, l'organisme cherchant à conserver l'énergie (il a été quantifié que les régimes restrictifs de moins de 800 kcal par jour diminuent le BMR jusqu'à 10 %). Le métabolisme varie également en fonction de la forme physique et de l'activité, de sorte qu'un entraînement musculaire peut augmenter le BMR.

Sa mesure correcte exige le respect d'un ensemble de critères stricts, notamment un état de calme physique et psychologique et des environnements à température neutre.

Le métabolisme de base est un trait dont la variabilité dépend de plusieurs facteurs, dont la composante génétique. Une étude d'association pangénomique portant sur plus de 350 000 personnes d'ascendance européenne a permis d'identifier 722 marqueurs associés à ce trait. Parmi les gènes qui affectent le plus ce trait, on trouve des gènes typiques comme FTO et MC4R, ainsi que le gène GDF5, qui produit une protéine dans le système nerveux central, affectant le développement du squelette et des articulations, et intervenant dans la survie des neurones qui répondent à la dopamine, un neurotransmetteur impliqué dans le développement du système de récompense du cerveau.

Nombre de variants observés

13,5 millions de variants

Nombre de loci analysés dans l'étude

722 loci

Bibliographie

UK Biobank Database. Basal metabolic rate, Data-Field 23105 [Version Jan-2022]

McMurray RG, Soares J, Caspersen CJ, McCurdy T. Examining variations of resting metabolic rate of adults: a public health perspective. Med Sci Sports Exerc. 2014 Jul;46(7):1352-8.

Le test ADN que vous recherchiez