Taux de protéine C-réactive

La protéine C-réactive est une protéine couramment utilisée pour déterminer le degré d'efficacité d'un traitement car elle est liée au système immunitaire et participe au système de défense contre les infections.

La protéine C-réactive (CRP) est une protéine synthétisée par le foie, dont le taux augmente en réponse à une inflammation. La CRP est une protéine réactive de phase aiguë qui est principalement induite par l'action de l'interleukine 6 sur le gène responsable de la transcription de la CRP pendant la phase aiguë d'un processus inflammatoire.

Bien que la CRP soit principalement synthétisée dans les hépatocytes comme mentionné ci-dessus, elle peut également être synthétisée dans les cellules musculaires lisses, les macrophages, les cellules endothéliales, les lymphocytes et les adipocytes.

Le nom CRP est apparu parce qu'il a été identifié pour la première fois comme une substance présente dans le sérum de patients souffrant d'une inflammation aiguë, qui réagissait avec l'anticorps dirigé contre l'hydrate de carbone "C" de la capsule du pneumocoque.

La CRP a des propriétés à la fois pro-inflammatoires et anti-inflammatoires. Il joue un rôle dans la reconnaissance et l'élimination des agents pathogènes étrangers et des cellules endommagées en se liant à la phosphocholine, aux phospholipides, à l'histone, à la chromatine et à la fibronectine, en renforçant la phagocytose des macrophages et en participant à l'immunité innée en tant que premier système de défense contre les infections.

De nombreux facteurs peuvent modifier les niveaux initiaux de CRP, comme l'âge, le sexe, le tabagisme, le poids, les taux de lipides et la pression artérielle.

Les taux de CRP augmentent et diminuent rapidement avec le début et la disparition du stimulus inflammatoire, respectivement. Les taux normaux de protéine C-réactive augmentent dans les 6 heures et atteignent un pic dans les 48 heures. Des taux de CRP élevés de façon persistante peuvent être observés dans les états inflammatoires chroniques, tels que les infections chroniques ou les arthrites inflammatoires, comme la polyarthrite rhumatoïde.

La mesure et la quantification du taux de protéine C-réactive peuvent être utiles pour déterminer l'efficacité d'un traitement ou pour connaître le degré d'avancement d'une maladie ou d'une infection.

Les niveaux de protéine C-réactive, comme de nombreux autres biomarqueurs couramment examinés dans l'urine, sont affectés par des facteurs génétiques et environnementaux, étant liés au système immunitaire et au niveau d'inflammation. L'une des plus grandes études d'association pangénomique visant à identifier des biomarqueurs génétiques dans l'urine, portant sur 355 000 personnes de différentes ascendances, a permis d'identifier 91 marqueurs associés à la variabilité des taux de protéine C-réactive. Parmi les gènes les plus pertinents, on trouve le gène CRP, qui est responsable de la production de la protéine C-réactive dans le foie, ou le gène HNF1A, qui est exprimé dans de nombreux tissus, mais surtout dans le foie, un gène dont les mutations ont également été liées à des pathologies telles que le diabète.

Nombre de variants observés

13,5 millions de variants

Nombre de loci analysés dans l'étude

91 loci

Bibliographie

Sinnott-Armstrong N., Tanigawa Y., et al. Genetics of 35 blood and urine biomarkers in the UK Biobank. Nature Genetics, 18 Jan 2021, 53(2):185-194

Nehring S.M., Goyal A., et al. C Reactive Protein. StatPearls

Sproston N.R. et Ashworth J.J. Role of C-Reactive Protein at Sites of Inflammation and Infection. Front Immunol. 2018; 9: 754.

Le test ADN que vous recherchiez